Les Trois Soeurs

LES TROIS SOEURS 

D’Anton Tchekhov | Mise en scène Jean-Yves Ruf | Traduction par André Markowicz et Françoise Morvan
En tournée sur la saison 2015-2016

Avec : Geraldine Dupla Olga, Lola Felouzis Macha, Elissa Alloula Irina, Pierre Yvon Andreï, Sarah Pasquier Natacha,Christophe Brault Verchinine, Antonio Troila Touzenbach, Francis Freyburger Tcheboutikine, Lise Visinand Anfissa, Pierre-Yves Poudou Rodé, André Pomarat Féraponte, Thomas Mardell Saliony, Gaël Chaillat Kouliguine, Pascal d’Amato Fedotik

Lumières Christian Dubet
Son Jean-­Damien Ratel
Régie générale Marc Labourguigne 
Scénographie Laure Pichat
Costumes Claudia Jenatsch
Assistanat à la mise en scène Anaïs de Courson
Mise en scène Jean-Yves Ruf
Traduction André Markowic et Françoise Morvan
Coproduction Le Maillon, théâtre de Strasbourgle TGP 

Centre Dramatique National de St Denis
La MCB° – Bourges
L’Espace des Arts, Scène nationale de Chalon-sur-Saône
L’Espal, scène conventionnée du Mans 

Avec le soutien artistique de la Région Alsace de l’ENSATT, du Jeune Théâtre National et du Fonds d’insertion de l’Estba financé par le Conseil Régional d’Aquitaine et des bonbons Anis de Flavigny.

« C’est une pièce à part, profonde, mystérieuse, aussi noire que pleine de sève, la première que Tchekhov ait écrite pour la troupe du théâtre d’Art de Moscou. Elle m’a toujours intrigué, fasciné, son caractère sourd, la sensation de délitement insidieux qui gagne les âmes, l’arrachement lent aux certitudes de l’enfance, la bataille solitaire de chacune des jeunes filles pour ne pas céder au découragement, pour affronter la spécificité de leur destin, tout cela a toujours produit en moi une sensation profonde.
Je n’ai pas encore de certitudes concernant la scénographie et les costumes, [..]. Je sais seulement que je chercherai à ne pas trop ancrer le récit dans le seul contexte russe de la fin du dix-­neuvième siècle, à accompagner dans l’espace et les costumes les lignes de forces du texte qui nous parviennent directement. Je rêve à des soeurs qui ne soient pas seulement fragiles et mélancoliques -­ c’est un des pièges que nous tend Tchekhov – mais libres d’esprit, d’une éducation un peu à part […]. Elles ont de l’humour, de la sensibilité. Trois oiseaux rares qui s’ennuient, recluses dans cette campagne, et qui ne peuvent qu’intriguer. Je partirai de ce centre que sont les trois sœurs. »

Jean-Yves Ruf

Document à télécharger :